Lycopode inondé

 

Lycopodiella inundata macro Captage Villaine Juhel 19avr04

 

Pourquoi un Plan Régional de Conservation (2014-2016) ?

Le Lycopode inondé subit une régression généralisée sur l'ensemble de son aire de répartition.

Alors que 60% des stations ont disparu en moins de 150 ans à l'échelle de la région des Pays de Loire, la situation en Mayenne est mal connue, très contrastée et le devenir de cette espèce menacée incertain.

MNE a donc souhaité animer la déclinaison locale du Plan Région de Conservation, en lien avec le Conservatoire Botanique National de Brest.

 

Les actions menées par MNE en Mayenne

Le projet était structuré autour de plusieurs axes de travail complémentaires :

- Améliorer les connaissances sur l'espèce et les populations actuelles dans les 3 stations déjà connues (comptage annuel des individus et cartographie de l'occupation),

- Rechercher l'espèce dans les secteurs les plus favorables, en périphérie des sites déjà connus (identification des propriétaires et des gestionnaires, description des usages) et dans les anciennes localités citées dans la bibliographie (recherche dans les publications locales et les herbiers du Musée des sciences de Laval),

- Pour chaque station existante ou potentielle, évaluer l'état de conservation du Lycopode inondé, caractériser les habitats présents, définir les actions de gestion à envisager, évaluer la pertinence d'actions de restauration à engager,

- Sensibiliser l'ensemble des acteurs pouvant contribuer à une amélioration de l'état de conservation de l'espèce (rencontre des gestionnaires et des propriétaires, présentation des résultats des suivis de terrain),

- Mise en oeuvre de mesures conservatoires.

 

A l'issue de la déclinaison locale de ce plan, l'état de conservation du Lycopode inondé en Mayenne est jugé très préoccupant :

- Toutes les stations historiques identifiées (20 localités) ont disparu, aucun pied de Lycopode inondé n'a été retrouvé,

- L'évolution des milieux sur ces stations est telle que des travaux de restauration sont aujourd'hui impossibles à mettre en oeuvre pour favoriser le retour de cette espèces végétale menacée,

- La plupart des stations contemporaines ont disparu (2 sur 3) et le comptage des pieds de Lycopode inondé, met en évidence une chute drastique des effectifs au sein de la dernière population encore existante (97 717 pieds en 2014 contre 294 642 pieds en 2008, soit une diminution de 77% !),

- La population de Lycopode inondé situé au sein de la Tourbière des Egoutelles représente aujourd'hui la seule population viable du département dans notre état des lieux.

 
Nous avons pu toutefois engager une action de conservation majeure par le déplacement d'individus de la carrière du Ribay, associant un acteur privé (Entreprise BAGLIONE-ORBELLO) et un acteur public (Conseil départemental de la Mayenne), vers l'une des stations contemporaines disparues ainsi que vers une parcelle aménagée suite à des travaux. Un suivi est actuellement mené pour évaluer l'efficacité de ces deux opérations.

DSCF9458 fond de carrières cl. B. Jarri  DSCF9467 prélèvement à la fourche cl. B. Jarri
 CR PDL   Ce projet a bénéficié du soutien financier du Conseil Régional
et de la Fondation de France.  
Fondation de France    
   

 

Description du Lycopode inondé

Le Lycopode inondé (Lycopodia inundata), encore appelé Lycopode des tourbières, est une plante herbacée protégée appartenant à la famille des Lycopodiacées et s'apperentant aux fougères.

C'est une plante pionnière, c'est à dire une plante capable de coloniser au début du processus d'installation de la végétation des milieux oligotrophes (pauvres en éléments nutritifs) comme les tourbières, les sols minéraux, très acide et très humide.

L'espèce est constituée d'une tige rampante courte de 5 à 15 cm, parfois ramifiée d'une tige fructifère. La tige rampante adhère fortement au sol grâce à ses racines adventives. Les feuilles sont vert tendre, petites (4 à 6 mm) entières, lancéolées, ascendantes et ne comportent qu'une nervation simple.


Causes de disparition du Lycopode inondé

  • Perte d'habitats

Les tourbières sont parfois mises en culture telles les Cruaux à Désertines ou subissent une évolution naturelle conduisant à la fermeture du milieu comme les Landes de la Croix Bataille à Laval.

  • Modification des milieux (assèchement, eutrophisation, drainage...)

L'eutrophisation quasi-généralisée des eaux de la région, le drainage des zones humides et l'arrêt de l'exploitation agro-pastorale des landes sont des facteurs qui ont considérablement réduit les surfaces nues et les habitats susceptibles d'accueillir le Lycopode inondé.


Pour en savoir plus :

THOMASSIN G. (2006) - Plan de Conservation en faveur du Lycopode inondé (Lycopodiella inundata (L.) Holub.) en région Pays de la Loire (Sarthe exceptée) - Conservatoire Botanique National de Brest, 47 p.

 
mayenne droite

Soutenez l'association en devenant adhérent !

je m'inscris